ALDV : La CFTC s’adresse aux salariés et annonce de véritables avancées dans la négociation : INFO ou INTOX ?

Adresse de la CFTC aux salariés ALDV le 30 mai à 10h

Extrait :

« Chers collègues,

Depuis la dernière réunion à laquelle nous vous avons conviés pour vous tenir informés de l’avancée des négociations sur nos accords d’entreprise, les positions ont bougé de part et d’autre.
Quelles sont les avancées, quels sont les points de crispation et ceux sur lesquels des échanges prometteurs sont en cours? S’oriente-t-on vers une signature et à quelle échéance?
Le mardi 5 juin au matin, une réunion sans doute déterminante aura lieu avec la Direction générale. Nous tenons à échanger avec vous dans la foulée de celle-ci. »

Signé : La CFTC (équipe de négociateurs)

Analyse de texte par la CGT le 30 mai à 10h30

« Depuis la dernière réunion à laquelle nous vous avons conviés pour vous tenir informés de l’avancée des négociations sur nos accords d’entreprise, les positions ont bougé de part et d’autre. »

VRAI OU FAUX ?

VRAI ET FAUX : La direction avait annoncé à la dernière réunion de négo, puis à la réunion du CE, qu’elle avait fait ses dernières concessions. Entre temps et suite à la réunion d’information CGT des salariés du 24 mai avec un vote massif rejetant les propositions de la direction générale et de la CFTC (minimum vital), la direction a compris lors de la réunion de négo du 28 mai qu’elle devait revoir légèrement sa position. « En fait on veut bien continuer un peu … » serait un résumé de la position de la direction au 28 mai. C’est donc un vrai succès obtenu par les salariés au final.

Est-ce pour autant la fin de l’histoire ? Non. La direction et la CFTC ont compris que même le minimum vital n’était pas admissible par les salariés. Du coup, la direction va lâcher encore un peu c’est sûr et notamment sur la clause de maintien de l’emploi en revenant à 12 mois et non plus 3 mois, en opposition avec la convention collective. Cette volonté de réduire la clause de 12 mois consécutifs à 6 mois consécutifs ou non maintenant – et pourquoi pas 9 aussi ? – était de toutes façons très probablement illégale et est combattue par la CGT et la CFTC depuis le début. Si la direction et la CFTC pensent que la CGT va se satisfaire de cette concession (respect des 12 mois consécutifs) ou de 2 ou 3 quelques autres mesurettes, il n’en est rien évidemment, tant cette mesure était déplorable sur le plan humain et en déphasage total avec une entreprise qui se dirait « bienveillante ». Il est trop facile pour la direction de faire le premier projet de révision drastique et à la baisse des droits des salariés depuis la création du Pôle. Puis de nous sommer d’oublier les accords antérieurs et de nous baser sur la seule convention collective (un peu faiblarde et bien en deçà des pratiques dans les écoles supérieures grade de master et EESPIG). Et pour enfin faire des « concessions » plus que mineures et demander au syndicat majoritaire (la CFTC ici) de faire croire qu’il s’agit d’une véritable négociation pour justifier sa signature auprès des salariés. Ne soyons pas dupes, restons vigilants.

« Quelles sont les avancées, quels sont les points de crispation et ceux sur lesquels des échanges prometteurs sont en cours? »

VRAI OU FAUX ?

On sait pas vraiment à la CGT si c’est du lard ou du cochon comme on dirait dans certaines contrées, mais puisqu’il s’agit d’ »échanges prometteurs », peut-être s’agit-il du fait que la direction accepte les propositions de la CGT à savoir ne toucher ni aux 14 jours de RTT pour les personnels administratifs hors forfait jour, ni augmenter le nombre de jours de travail annuel pour les forfaits jours dont les professeurs. On vous dira …

« S’oriente-t-on vers une signature et à quelle échéance? »

VRAI OU FAUX ?

On espère que FAUX. Des réunions de négociation sont prévues jusqu’au 12 juillet. Pourquoi accélérer le processus comme le souhaite la direction ? Aucun intérêt pour les salariés à notre sens. Sauf peut être l’intérêt de certains négociateurs à partir en congés très vite. Pour la CGT c’est zéro congé d’été avant le 17 juillet, date de notre dernière réunion d’info syndicale qui suivra le dernier CE de la veille, le 16 juillet, et donc aussi la dernière réunion de négo du 12 juillet, planifiée depuis toujours et à l’initiative de la direction. On s’est déjà fait avoir une fois avec une CFTC et une direction qui signent un accord en juillet sur le nouveau plan d’activité régressif là aussi quand les salariés ne sont plus là pour beaucoup. On ne va pas nous refaire le coup. On sera sur le pont. Du coup, la direction et la CFTC comprennent qu’il n’y a pas d’intérêt à espérer une non mobilisation des salariés et de la CGT en juillet, et préfèrent accélérer le processus. La CFTC après nous avoir dit, et face à la direction, que son délégué syndical ne serait pas disponible pour la réunion de juillet, est revenue à la raison en disant finalement qu’il y avait eu incompréhension et que le DS CFTC serait bien là pour négocier jusqu’à la fin. Pourquoi ce revirement et maintenant ?

Visiblement la CFTC veut aussi signer assez vite. Quel intérêt pour les salariés ? Aucun.

« Le mardi 5 juin au matin, une réunion sans doute déterminante aura lieu avec la Direction générale. »

VRAI OU FAUX ?

On espère que FAUX. Vu que la direction ne fera pas de grandes concessions lors de cette réunion car la CFTC a déjà les mains qui frétillent à l’idée de jouer du stylo, et que la direction le sait – seule la CGT et les salariés ayant permis de négocier plus que initialement espéré par la CFTC jusqu’à aujourd’hui. Cela veut dire aussi sûrement que la CFTC et la direction générale ont déjà échangé en OFF et se sont mis d’accord sur un scénario. Ce ne serait pas une première tant certaines réunions semblent parfois un peu « téléphonées » entre la direction et la CFTC. La mobilisation de toutes et tous va être nécessaire et très vite si la CFTC veut accélérer le processus, conformément aux souhaits les plus (in)avouables de la direction.

Signé : Des salariés ALDV, adhérents à la Cgt, et attachés aux droits des salariés et qui soutiennent Catherine, leur déléguée syndicale avec l’équipe de négociateurs, mais qui, « en même temps », ont eux-aussi besoin d’exprimer leur ressenti face à une CFTC un peu trop en phase avec la direction et depuis un moment. Ce petit article n’engage donc qu’une partie des adhérents Cgt ALDV. La Cgt, par l’intermédiaire de Catherine, se devant de toujours négocier afin d’éviter le pire et pour espérer le meilleur.

Vous avez des commentaires ? Allez-y ! Mais dans le respect des personnes bien sûr.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *